Le deuil inachevé ou pourquoi ma mère ne meurt pas

Auteur(s) :
Monique Nadeau
Date de publication :
21 septembre 2014
Nombre de pages :
192
ISBN :
978-2-924373-14-9

20,95 $

Entre ma mère et moi brillait la flamme de l'absent, celui-ci étant plus vivant que mort. On ne parlait pas de Fernand à la maison; c'était trop douloureux.

Je devais avoir dix ans quand, laissée à moi-même, je trouvai la photo commémorative d'un enfant qui, vraisemblablement, pouvait être mon frère. En réponse à mes questions entourant ce mystère, je voyais ma mère se retourner, pleurer et s'effondrer.

Catégorie :

Description

Entre ma mère et moi brillait la flamme de l’absent, celui-ci étant plus vivant que mort. On ne parlait pas de Fernand à la maison; c’était trop douloureux.

Je devais avoir dix ans quand, laissée à moi-même, je trouvai la photo commémorative d’un enfant qui, vraisemblablement, pouvait être mon frère. En réponse à mes questions entourant ce mystère, je voyais ma mère se retourner, pleurer et s’effondrer.

Dès lors, mon destin était tout tracé: j’allais devenir l’enfant consolateur, mais aussi le tyran à mes heures, seul moyen à ma disposition pour exprimer mon manque.

La représentation de ce frère que je n’avais jamais connu allait influencer autant mon identité que mes relations interpersonnelles et que le choix de mon métier.

Biographie de l’auteur(e)
Monique Nadeau est travailleuse sociale et thérapeute pour les couples et les familles. Elle est aussi diplômée en éthique appliquée de l’Université de Sherbrooke.

Elle a exercé sa pratique pendant plus de 23 ans dans le réseau de la Santé et des services sociaux en Montérégie.

Active au sein de son ordre professionnel, elle a été membre de plusieurs comités, dont celui de la rédaction pour la revue professionnelle et scientifique Intervention. Elle y a même publié plus d’un article se rapportant à l’étude de la famille.

Elle a contribué également à l’intégration des thérapeutes conjugaux et familiaux à l’Ordre des travailleurs sociaux, dorénavant appelé Ordre des travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (OTSTCFQ).

Retraitée depuis peu, elle partage son temps entre la famille, les sports, la vie culturelle et les loisirs. Elle cultive aussi sa passion pour l’écriture et signe de petites chroniques dans un journal communautaire.

Avis

Il n'y a pas encore de critiques.

Soyez le premier à laisser un avis à propos “Le deuil inachevé ou pourquoi ma mère ne meurt pas”

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *